Vie institutionnelle

Inauguration de la Devise Républicaine



Inauguration de la Devise Républicaine

 

Discours du 14 juillet 2009
Pour l'inauguration du frontispice
De l'hôtel de Ville

 

 

plan-1Mesdames, Messieurs, les représentants des corps constitués,
Mesdames, Messieurs, les représentants des Anciens Combattants,
Mesdames, Messieurs les élus,
Chers amis, chers concitoyens,

 

L'inauguration dans quelques minutes, du fronton de notre Hôtel de ville, est un rendez-vous important pour Chauvigny. Elle revêt en effet une symbolique forte : l'Hôtel de ville est la "Maison commune" de tous les habitants et le siège administratif de notre territoire communale. Il est aussi, à Chauvigny, un joyau de notre patrimoine local et de notre histoire commune.


Mais, depuis longtemps, la devise de notre Nation ne figurait pas sur notre Mairie.

 

Quelques mots d'histoires sont nécessaires pour tenter une explication et je remercie, entre autre, le travail réalisé par la Société de Recherches Archéologiques du Pays Chauvinois qui, dans son dernier bulletin nous explique : « qu'au début du XIXe siècle, le conseil municipal de Chauvigny se préoccupe de trouver un local pour une « maison de ville ». Le 3 septembre 1823, une ordonnance royale autorise la fabrique de Notre-Dame à concéder l'église Saint Léger à la commune pour y établir une mairie et une halle. La mairie sera agrandie en 1900, sans présenter la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ». Si l'on peut comprendre que sur le premier bâtiment, elle n'y figurât point, cette lacune est plus curieuse aujourd'hui. »


Il en sera tout autrement désormais avec, ce 14 juillet 2009, la pose, sur la façade de l'Hôtel de Ville, de nos trois plaques. Réalisées en pierre de Chauvigny, par des sculpteurs locaux, MM. POULAIN et BOUCHET, ceux-ci m'ont bien précisé qu'il s'agit de lettres antiques avec des empattements. Je les remercie chaleureusement, au nom du conseil municipal et de l'ensemble de la population...

 

Les mots que j'ai à prononcer devant vous ce matin sont autant d'hommage et de mots d'amour pour notre Patrie.

 

Rappelons que la France n'est pas une Nation tout à fait comme les autres. Bien sûr, toutes les Nations sont également considérables et tous les peuples sont égaux entre eux.


Mais, la France se distingue pour une raison qui la situe à part des autres Nations. Depuis 1789, elle parle au Monde.


En fait, seuls deux pays dans l'Histoire humaine ont adopté cette posture universelle.


Le premier fut les Etats Unis d'Amérique. A l'occasion de sa Révolution et de la proclamation de son indépendance, en 1776, cette grande Nation du Nouveau Monde lança un message en direction de tous les peuples de la Terre : Liberté !


Formidable message dont le souffle arriva jusque sur les berges de la Seine treize années plus tard, lorsque débuta notre Révolution.


Le peuple français reprit cette aspiration à la liberté à son compte, mais il y ajouta deux compléments indispensables à ses yeux : l'égalité et la fraternité.

 

Liberté, Egalité, Fraternité !

 

Les trois termes sont définitivement indissociables. Trois mots clairs, trois idées fortes : nous sommes en effet dotés d'une profonde et belle devise. Si la formule est célèbre, c'est que, au-delà du rayonnement de la France, elle parle à tous, nous qui sommes si préoccupés de vivre ensemble. Certes, ce ne sont que des mots et les plus vertueux peuvent hélas facilement devenir cris de guerre... Il n'empêche, sur ces trois mots, il y a, depuis toujours, à penser, à dire et à réfléchir. A eux seuls, ils synthétisent la totalité de toute problématique de vie en société.

 

Bien sûr, la Liberté ! Toujours la première, peut-être la plus essentielle question de l'homme.

 

Puis l'Egalité qui, au fond, est une idée simple, parce ce qu'elle commence par un regard de reconnaissance : quelles que soient la tête du citoyen, sa naissance ou sa fortune, nous considérons qu'il a les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres...

 

Quant à la Fraternité, ajoutée à la devise française en 1848, ancienne et belle idée, elle ne peut advenir qu'à la condition que les deux aspirations qui la précèdent soient justement équilibrées. Et c'est dans ce subtil équilibre, dans cette équation si délicate que réside, en dernière analyse, le secret d'une organisation sociale harmonieuse.


La Fraternité est le but ultime de toute vie sociale. Dans notre société, nous avons ramené cet idéal humain à sa forme administrative et rationalisée : la Solidarité. Et ce n'est déjà pas si mal ! Mais quand la solidarité est un effet de la raison et le résultat d'un compromis social, la Fraternité, elle, est la pure expression de notre humanité.

 

plan-2 plan-3 plan-4

 

Liberté, Egalité, Fraternité !

 

C'est l'aspiration à ces trois mots qui faisait éclater, il y a 220 ans, l'événement qui, comme un coup de tonnerre, ouvrit l'ère moderne en brisant les règles qui semblaient destiner pour toujours les puissants à la puissance et tous les autres à la sujétion.


C'est avec toute la force d'une société nouvelle qui veut naître qu'un peuple en marche renversait une à une toutes les Bastilles de sa servitude. Ceux qui ne voulaient pas de ce monde nouveau – le Roi, la Cour... - avaient ourdi l'éternelle recette contre les peuples avec laquelle ils pensaient annihiler sa volonté de changement et dévoyer sa conscience : la guerre.

 

En juillet 1792, la patrie avait été déclarée « en danger ».


Le 20 septembre de cette même année, l'Assemblée avait déclaré la République. A l'heure de la décision, de toutes parts, des tribunes et des travées, un cri rebondissait en même temps que les applaudissements : « Vive la Nation ! ».


La veille, à Valmy, un peuple en guenilles et en armes avait fait refluer les armées du vieux monde.
Goethe, témoin de la scène, eut ces mots qui disent si bien la lumière soudaine que cet instant a jetée sur le cours obscur du temps, fixant notre destin et notre vocation : « De ce lieu et de ce jour, écrivit le poète, commence une ère nouvelle dans l'Histoire du Monde ».


Il énonçait ainsi pour la première fois ce qui sera ensuite et pour toujours le projet universel de notre pays dont notre devise est l'expression la plus simple et la plus directe et dont on trouve la déclinaison dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

 

Je vous le disais, mes chers amis, mes chers concitoyens, notre pays n'est pas un pays comme les autres. Il s'est donné à lui-même, voilà plus de deux siècles, une mission éternelle qui le dépasse et qui le porte vers un destin universel.


Méditons et cultivons l'enseignement de notre Histoire et faisons dans le secret de notre conscience le serment de ne jamais manquer aux exigences impérieuses de notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité.

 

plan-5

 

C'est donc avec un immense honneur que nous allons dévoiler ces trois mots chargés de sens.

 

Un honneur teinté de fierté.

 

Que la force de notre devise républicaine soit pour tous un message d'espérance

 

Vive la République.
Vive la France.
Vive Chauvigny.

 

Gérard HERBERT
Maire de Chauvigny